Television-moliere

-------
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 --- Vitrine triste ---

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 614
Date d'inscription : 03/01/2017

--- Vitrine triste --- Empty
MessageSujet: --- Vitrine triste ---   --- Vitrine triste --- EmptyDim 18 Nov - 22:55

Je m'évanouis de vertiges inversés,
Et les périphériques comme des enceintes futuristes,
Font tonner les gyrophare de la rapidité.

Les nuages aux antennes accrochés,
Comme des téléphériques,
Défilent, embrumés et gris,
Dans les vestiges de la Nuit...
Et les lumières des immeubles de verres,
Clignotent en étoiles monotones.

D'un pas pressé, j'avance,
Tout suffocant dans les entrailles de mon coeur,
Mon haleine a bout de souffle
Avec un gouffre immense d'angoisse grandissante.

Ici dans ces tumultes,
Tout semble dépossédé,
Et les déclarations d'amour,
Meurent inévitablement,
S'accrochant, en ruban allongé,
Aux jantes des voitures,
Qui défilent en essaim.

D'ailleurs tu n'es pas là,
Et c'est comme si cette ville était orpheline du monde entier,
Ses milliers de visages dans les serpents de métal,
Dans les vitraux blêmes des immeubles,
Et dans les autos - coléoptères des temps modernes,
Mais aucun de leur regard,
Me dit le chemin de tes yeux.

C'est la paralysie des sens...
La vue enténébré,
Les souvenirs hantés...
Et toujours cette poigne dans le ventre,
Qui cri aphasiquement,
Ses complaintes lancinantes et langoureuses,
Et le charivari en sourdine,
De l'orgue de mon coeur.

Mais nul musicien à ses commandes,
Ou bien juste ce fantôme dilué
Dans l'atmosphère des pleines lunes.
Ici nul place pour les contes et les légendes.
Tout à la froideur du marbre d'hiver,
Et sa rigidité paroissial.
La poésie en battement d'aile,
S'est brûlé aux candélabres,
Et seul en demeure des cendres monotones,
Qui ronronnent en amulette d'antan.

Les enfants n'ont plus de rêves,
Ils se sont pétrifié dans les tristes stalagmite,
Ou bien dans l'asphalte froide,
Des grands square de la ville.

La ville ne se résume pour moi,
Qu'a une vitrine triste.

Une vitrine triste,
Avec des boutiques aux pantins désarticulé,
Que la lueur des réverbère rend encore plus fantomatique.

Une vitrine triste,
Avec une vieille table d'opération,
Aux allures de Frankenstein,
Et quelques bistournis,
Pour se refaire un visage à neuf,
Un visage sans vie aux allures de zombies.

Une vitrine triste,
Avec des débris de verre par terre,
Et quelque cratères d'ivresses
Dans les cerveaux pré-comateux,
Des apôtres de la bouteille.

Vitrine triste,
Un parc fleuri,
Orphelin de la modernité,
Que les enfants ont déserté,
Et un bruit de balançoire sans personne dessus...

Vitrine triste,
Des usines aux rudes labeurs,
Vitrine triste,
Des vitraux des hôpitaux,
Vitrine triste,
Une voiture à écrasé un chat.
Vitrine triste,
Dans les boites d'ennuis quelques jeux de rôles imbéciles,
Vitrine triste,
Des accidents de scooter dans la Nuit,
Vitrine triste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://television-molieretv.forumactif.com
 
--- Vitrine triste ---
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Burton, Tim] La triste fin du petit Enfant Huitre
» Vitrine de ma coiffeuse Noël 2009
» vitrine equitation(vianney) / Y
» Un jour c'était joli, le lendemain trop triste
» Triste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Television-moliere :: Chansons officielles-
Sauter vers: