Television-moliere

-------
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "Ecrit " écrit d'une traite le long d'une Ballade au bord de l'Ame.

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 404
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: "Ecrit " écrit d'une traite le long d'une Ballade au bord de l'Ame.   Mar 18 Sep - 23:05

Il me sera difficile de prendre la plume.
Pour accoucher d'une part véritablement enfouit au fond de moi,
Non pas un pays fantastique, un ciel à huit étages,
Des nuages que l'on pourrait modeler à l'infini,
Un oiseau aux ailes d'émeraude,
Ou un Pierrot sanglotant aux cimes de sa Lune...
Non rien de tout cela,
Juste une part en moi, que le sable des jours tente d'enterrer,
Que le sable des jours croit enterrer,
Mais pourtant toujours la fleur de la racine le perce de sa corolle...
Rose des vents, rose des sables,
Me montreras-tu la route ?

Aujourd'hui j'écris...
J'écris différemment,
Avec difficulté,
Un lourd poids qui me pèse sur le coeur et sur le dos,
Oppressant ainsi, jour après jour,
Ma carcasse sur le sol.

Je me lève, je dors, je me lève,
Encore et encore,
Et hier c'était demain,
Et demain c'était hier,
- Espace temps brisé, comme une poterie fragile -
Le train a déraillé de sa longue trajectoire,
Et se cabosse chaque jours le long des mauvais rails...

Je me lève, je dors, je me lève,
Comment se fait-il que hier c'était avant ?
Et que avant, c'était y'a si longtemps ?
Mais pourtant quand je me dis c'était hier,
Je réalise en vérité que c'était l'année passée.
Parce que le temps défile et nous trompe,
Quand tu chemine à l'envers,
Il te faudra des siècles,
Pour comprendre tout d'un coup,
Que tu erre à contre-sens...

Mais pourquoi 2 et 2 font 4 ?
Et pas 8 ? ? et pas 9 ?!?
Et si 3 + 3 faisait 10.. ?..
Dis, pourquoi ?..?

Je suis un vieux loup de mer,
Longtemps perdu dans les vagues solitaires,
Mon bateau a pris la route de l'exile,
Malgré moi, s'est éloigné,
Jetant l'ancre pour une destination inconnue,
S'éloignant à regret de son île essentielle.

Mais mes vagues à l'âmes sont trop mouvantes...


Mais quand je te disais,
Quand je te le disais,
Sache-le, sache-le, sache-le que c'était sincère,
Que y'avait pas de faux semblants, non rien de tout ça...
Le monde ment tellement que notre tête tourne...
Mais l'espace d'un instant je me sens vivre,
Pris dans cette violente ivresse,
Mes mots voltigent.
"Et comme l'espérance est violente "
"Et comme l'espérance est violente "
ô oui, comme l'espérance est violente...
Et soudainement tout devient fluide.
Le sable coule de mes joues, et de mon coeur,
Je me sens à l'unisson de tous les croissants de lunes et de tous les nuages,
De toutes les larmes, de toutes les peines, et de toutes les joies,
Et de cette pluie qui coule, qui coule, qui coule encore et encore,
Et les nuages, et les ciels gris,
Et les matins qui vous caresse...et l'aube irremplaçables,
Et cet oiseau qui chante, dans le doux frémissement de cette fin de matinée,
Où comme par magie le soleil et le vent se marient et vous fait frémir la peau, le coeur et les joues.
Où ce ciel d'Azur... remarquablement beau fait ses aquarelles divines sur le lac de Neuchâtel,
Où le brouhaha léger des automobiles toujours à bout de souffle,
S'écoule aérien le long des rues,
Où les bus aux teints jaune, vont et viennent chargés de souvenir.

Et les attentes...les attentes, les espérances, et le soleil.


On ne sait pas à ce moment là, ce que sera demain, ni après-demain,
L'instant est le souffle, et les arbres verts à la fois: -  printemps, été, automne, hiver, et peut être même hors saisons, vous apaisent de leur douce sincérité.
Tout est beau, tout est pure !
Tout est violemment beau...

Ce n'est pas le temps du vide, du rien, du creux,
Du nihilisme, et des questionnements,
Des doutes, des doutes, et des doutes encore,
Ni cette vision catégorique d'un pavé,
Considérant un pavé : un pavé, ou plutôt : un carré,
Gris s'il est gris ou d'une toute autre couleur s'il est d'une tout autre couleur,
Non c'est l'époque où un pavé est un pavé et bien plus que ça,
Quelque chose d'innommable...d'inssaisissable..
Où la course des nuages n'a pas de vocabulaire,
Où le vent frais qui vous caresse n'a pas de synonyme,
Où rien de tout ça n'a de synonyme,
Et où ces larmes qui vous montent aux yeux,
Ne sont pas des larmes de tristesses mais des larmes tout court,
Des larmes de joies ou d'émerveillement :  Des larmes de Vie.
Oui la Vie, quand elle est faite de mille et unes couleur incroyablement belles, et non pas que de gris,
Où rien ne pourrait être décortiqué avec quelconques concepts où quelconques mesures,
Où tout échappe à tout. Où l'oiseau n'a aucun règne animal,
Et où la feuille mi-ombragé, mi-éclairé par le soleil qui lui sourit,
N'est pas une feuille en soi, mais plutôt une remarquable chose mi-ombragé et mi-éclairé par le soleil qui lui sourit,
Quelque que chose que rien ne pourrait nommer,
Quelque chose de supra-définissable.

Oui c'est le temps de l'ivresse de la vie...
Oui c'était le temps d'un regard de milles et unes couleurs.
C'est le "coeur enfant"...Mais il ne meurt jamais.
Malgré le poids du bitume qui l'a entouré de son squelette insubtil et radical
Il vit encore en nous...
- Brisons tout ce poids gris et uniforme, pour le redécouvrir.-
Sa richesse est sans borne, et son hypersensibilité olfactive, sensorielle, auditive, et tout autre sens encore, plus sens encore que les 5 sens...
Ce coeur là, n'a pas de limite. Il dépasse tout, il perçoit tout, il bat à mille à l'heure,
Il vous fait vous envoler, toucher les étoiles, côtoyer les anges et tutoyer les astres..
C'est la valse des souvenirs,
Des souvenirs anciens, et plus anciens encore,
Et puis toi,
Et puis les arbres, les oiseaux, les chemins, les merles, l'Azur, le lac,
Les ruisseau, le vent, l'écorce, les feuilles d'automnes...
Et puis tout, tout, Tous les possibles et inimaginables.

- Et puis la vie tout simplement. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://television-molieretv.forumactif.com
 
"Ecrit " écrit d'une traite le long d'une Ballade au bord de l'Ame.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui a écrit la Bible?
» Ernestine CHASSEBOEUF - Ernestine écrit partout
» Friskette: Maman cent professions qui écrit pour les enfants
» Quizz : Qui a écrit quoi ?
» Comment insérer un texte préalablement écrit dans Word.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Television-moliere :: Chansons officielles-
Sauter vers: